Savoir, savoir-faire, être et savoir-être

BAC-BEM en Algérie: sport, dessin et musique

BEM examens 6e

Les épreuves du BAC sport et le BEM sport et dessin et musique prennent fin aujourd’hui après 18 jours de compétition, afin de laisser place aux révisions.

Le taux de participation des candidats concernés par l’épreuve d’éducation physique et sportive dépasse les 90% au niveau des classes de terminale et de la 4e année moyenne.

Les futurs bacheliers ont composé dans quatre disciplines sportives : lancer du poids, saut en longueur, circuit et vitesse. Pour les candidats au BEM, ils ont subi trois de ces quatre disciplines seulement, qui sont obligatoires.

En revanche, tous les élèves candidats au BEM ont été appelés durant cette période à passer les épreuves optionnelles de dessin et de musique qui ne sont plus des matières complémentaires, mais essentielles, tout comme les autres matières.

Le ministère de l’Education nationale veut revaloriser les matières complémentaires, en l’occurrence le dessin et la musique. Ces deux matières resteront option- nelles, puisque l’Office national des examens et des concours (ONEC) a décidé de mener d’abord cette expérience pour les élèves qui aiment ces matières. Cette opération pilote lancée depuis 2008 dans tous les établissements scolaires ne pourra influer négativement sur les résultats de l’élève.

Ce dernier qui a, en effet, la possibilité de choisir entre la musique et le dessin renforce sa moyenne générale avec une note bonus lorsque la note de l’une des deux matière est supérieure à 10/20.

Si jamais la note obtenue ne dépasse pas cette moyenne, l’épreuve ne sera pas comptabilisée dans la moyenne générale du BEM. Une démarche qui permettra aux responsables d’innover sans dégâts et de faire découvrir, en parallèle, des talents cachés.

Les épreuves finales liées aux autres matières totalement écrites sont programmées pour le 29 mai 2012 pour les 601.586 candidats inscrits pour l’examen de fin de cycle primaire (ex-6e), qui seront appuyées par une session de rattrapage prévue pour le 24 juin prochain.
Cet examen sera suivi par les épreuves du BAC qui réuniront entre le 3 et le 7 juin prochain 560.050 postulants au Baccalauréat dont 161 945 candidats libres. Quant aux épreuves du BEM, elles sont fixées du 10 au 12 du même mois pour les 771 284 postulants pour le Brevet d’enseignement moyen (BEM), dont 4 671 candidats libres. Les enseignements dispensés pour les classes d’examen, notamment les terminales, sont arrêtés depuis le 30 avril dernier.

Le ministère de l’Education nationale a arrêté les seuils fixant les limites du programme de référence destiné à l’élaboration des sujets d’examen du baccalauréat et qui ont été dans le même temps porté à la connaissance de chaque candidat.

Les responsables du secteur assurent aux candidats du BAC que les sujets sur lesquels ils seront appelés à composer ne porteront que sur les cours effectivement dispensés.
Il y a lieu de rappeler que l’année scolaire en cours a été perturbée notamment lors du deuxième trimestre par la grève et les intempéries. On compte une moyenne de douze heures perdues par matière suite à l’arrêt des cours observé par les candidats au BAC, qui a eu lieu en janvier dernier.

Par ailleurs, 497 établissements scolaires dont 40 lycées et 45 collèges réunissant 500 000 élèves relevant des trois paliers d’enseignement ont été fermés dans plusieurs wilayas suite aux intempéries qui ont affecté le pays en février dernier.

Grèves et intempéries : Une année difficile

Les responsables du secteur estiment que cette année scolaire a été « quelque peu difficile », en raison de la grève et des intempéries. Mais en dépit de ces containtes, «le secteur n’est pas resté passif et a établi un plan de rattrapage par l’utilisation des vacances scolaires et d’autres jours consacrés aux cours de soutien et aux examens trimestriels.

Ainsi, au niveau de chaque wilaya, un programme de rattrapage a été établi au profit des candidats aux examens de fin d’année scolaire.

Sur le plan pratique, les candidats à l’examen du BAC auront la possibilité de choisir entre deux sujets d’examen pour chaque matière. Une demi-heure sera accordée, en plus du temps réglementaire réservé à chaque sujet, de même qu’il ne sera fait aucune référence à l’approche par compétence dans l’élaboration des sujets d’examen».

Selon les enseignants, la conception des sujets prendra en charge les leçons dispensées et mentionnées dans les cahiers de textes, dont des copies sont envoyées aux directions de l’éducation, à la commission de suivi des programmes et à la tutelle avant la date fatidique. C’est d’ailleurs la référence sur laquelle s’est basé le ministère de tutelle pour l’élaboration des sujets du bac.

En d’autres termes, les candidats ne peuvent être examinés que sur les cours qui leur ont été assurés. Du côté des chefs d’établissements secondaires et moyens, on estime que la cadence adoptée a permis aux enseignants de rattraper une bonne partie des cours, même si, admet-on, les derniers chapitres des programmes n’ont pas été assurés.

Les épreuves du baccalauréat ne porteront que sur les cours effectivement dispensés

Le ministre a annoncé que les épreuves du baccalauréat ne porteront que sur les cours effectivement dispensés qui seront arrêtés pour cette date. Les candidats à l’examen auront ainsi un mois pour procéder aux révisions, étant donné que la date du Bac a été fixée au 10 juin prochain. Un seul souci préoccupe le ministère, celui de préserver la crédibilité du baccalauréat, un examen dont la valeur est reconnue au plan international et l’organisation supervisée par l’Unesco. «Le ministère de l’Education nationale n’épargnera aucun effort pour assurer les conditions pédagogiques nécessaires à la réussite de cet examen, conformément aux chartes internationales régissant cette épreuve», a déclaré le ministre à plusieurs occasions.

61,63% de candidates scolarisées inscrites au BAC 2012

Sur les 398 105 candidats scolarisés inscrits pour les épreuves du Baccalauréat session 2012, on compte 152 760 garçons, soit un taux de 38,37%, contre 245 345 filles, soit un taux de 61,63 %. Tandis que pour la catégorie des candidats libres, le nombre des candidats (garçons) est supérieur par rapport à celui des candidates (filles). En effet, le nombre des garçons est estimé à 89 184 (55,07%) alors que celui des filles est estimé à 72 761 (44,93 %). Toujours dans le même ordre d’idées, il est important de signaler que le nombre des candidats au baccalauréat de la session 2012 a connu une augmentation de 63 385 candidats par rapport à l’année précédente, soit une hausse de 12,76 %.

13 observateurs par centre d’examen

Plus de 4 000 observateurs et 14 000 suppléants sont mobilisés pour le bac session 2012 contre 6 000 pour le BEM et 4 000 pour l’examen de fin de cycle d’enseignement primaire.
Le ministère de l’Education nationale et l’Office national des examens et concours (ONEC) comptent reconduire pour cette année le même nombre d’observateurs durant les épreuves du baccalauréat, à savoir treize observateurs par centre d’examen.

Les observateurs auront tous à rédiger un rapport destiné à l’ONEC, dans lequel ils consigneront des informations et des observations sur le déroulement de l’examen. Un rapport unifié est ensuite rédigé à l’intention du président de la commission de wilaya des observateurs.

Le nombre d’observateurs dans les centres d’examen, porté de 3 à 13, depuis la session précédente, permettra au chef de centre de donner les mêmes chances de réussite à tous les candidats, dans le cadre des réformes du secteur de l’éducation. Au total, ils seront plus de 4 000 observateurs et 14 000 suppléants à être mobilisés pour le baccalauréat de cette année contre 6 000 pour le BEM et 4 000 pour l’examen de fin de cycle d’enseignement primaire. Chaque année, le gouvernement consacre tous les moyens humains et financiers pour mettre les candidats et les encadreurs dans les meilleures conditions possibles de déroulement des trois examens de fin d’année scolaire (Bac, BEF et ex-6e).
Selon les responsables du secteur, un budget de 228 milliards de centimes a été débloqué afin d’accueillir dans de bonnes conditions les candidats au baccalauréat.

Le coût des trois examens s’élève à près de 450 milliards de centimes. 50% de cette somme est destinée exclusivement au paiement des primes forfaitaires accordées aux correcteurs des différentes épreuves. Les primes journalières des enseignants-correcteurs au baccalauréat sont estimées à 500 DA, alors que celles des correcteurs au Brevet d’enseignement moyen sont fixées à 300 DA. Par contre les enseignants- correcteurs à l’examen d’entrée en première année moyenne, percevront, quant à eux, 200 DA pour chaque jour de correction.

Par ailleurs, les indemnités de correction par copie corrigée sont évaluées à 60 DA, pour les épreuves du Bac, à 30 DA pour l’examen du BEM et à 20 DA pour la sixième. La prime journalière versée au personnel de soutien des centres de correction est de 500 DA.
Rappelons que le ministère de tutelle mobilise pour cette année 130 000 enseignants, dont 90 000 pour la surveillance et 40 000 pour la correction, répartis à travers les 1 854 centres de déroulement d’examen et les 52 centres de correction.

[via]  Sarah Sofi, elmoudjahid.com

Rechercher
Allez plus loin

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 1 autre abonné

Archives
Catégories
Pourquoi pas !