Éducation & Savoir

Enseignement supérieur Bac : Fiche de vœux à la prochaine rentrée limitée à 5 choix au lieu de 10

Bacheliers - entrée universitaire

M. Tahar Hadjar, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a annoncé, le 16 mars dernier, que des améliorations seront introduites au système d’orientation des nouveaux bacheliers à partir de l’année universitaire 2016/2017.

Le ministre a fait savoir, lors de l’ouverture des travaux de la conférence nationale des universités, qu’il sera procédé, dans une première étape, à la révision de la fiche de vœux des préinscriptions à l’université, en attendant la mise en place d’un nouveau système d’inscription qui mettra fin aux recours et aux demandes de transfert. Ainsi, à partir de la prochaine rentrée universitaire, la fiche de vœux sera limitée à 5 choix au lieu de 10, en attendant d’aller progressivement vers un nouveau système qui fixe les moyennes d’accès à toutes les spécialités universitaires et qui permet à l’étudiant de faire ses choix et s’inscrire dans la spécialité désirée, sans passer par la préinscription.

Selon M. Hadjar, le système d’orientation des étudiants, adopté depuis des années et fondé sur le traitement par ordre décroissant et systématique de la fiche de vœux, «n’a pas toujours été la hauteur», même s’il a facilité l’opération pour l’administration». « Cette procédure a fait accroître considérablement le nombre de demandes de transfert qui a atteint les 120.000 demandes, l’année dernière», a précisé M. Hadjar. «Une deuxième opération d’inscription qui prouve que la première n’a pas atteint ses objectifs», dit le ministre, tout en soulignant qu’avec ce nouveau système que son département compte mettre en place dans les prochaines années, «il n’y aura plus de préinscription et donc plus de recours ni de demandes de transfert ».

Tahar Hadjar a également mis l’accent, dans son allocution d’ouverture, sur la nécessité d’unifier et d’harmoniser les cursus du doctorat, tout en prenant en charge les facteurs qui entravent la soutenance des doctorants dans les délais. M. Hadjar a appelé les commissions spécialisées à examiner la question de l’unification des cursus du troisième cycle et à prendre en charge les facteurs qui entravent la soutenance des thèses dans les délais, précisant que la durée d’élaboration d’une thèse était de quatre années en moyenne. «Pour la mise en place du système LMD, une phase de transition s’imposait pour assurer un passage aisé du système classique vers le nouveau, mais cette phase s’est prolongée dans le temps induisant une certaine opacité, bien que les diplômes décernés par les deux systèmes ont la même valeur», a soutenu le ministre.

99.000 nouvelles places pédagogiques et 55.000 lits à la prochaine rentrée

S’agissant de la prochaine rentrée universitaire, M. Hadjar a annoncé la réception prochaine de 99.000 nouveaux sièges pédagogiques et de plus de 55.000 lits, d’où, a-t-il dit, la nécessité d’accélérer la cadence de réalisation de plusieurs structures universitaires. Il a, dans ce contexte, évoqué quelques nouveautés pour l’année universitaire 2016-2017, dont la relance des sports universitaires par l’organisation de championnats régionaux et nationaux dans diverses disciplines. M. Hadjar est revenu aussi sur l’amélioration des conditions socioprofessionnelles des enseignants chercheurs, une question qu’il a classée parmi les «priorités» de son département, assurant, à ce sujet, que la carrière professionnelle de cette catégorie serait réexaminée à partir du « mois d’avril ».

Pour ce qui est des enseignants débutants, le ministre a indiqué que la première année de leur recrutement serait consacrée à l’approfondissement de leurs connaissances autour du système LMD, les lois régissant les universités et les aspects pédagogiques, ainsi que les méthodologies d’enseignement. Rappelant les mesures prévues par la dernière révision constitutionnelle concernant le secteur et qui visent, a-t-il dit, à « élever la place de la recherche scientifique », le ministre a annoncé la tenue d’une conférence nationale qui procèdera à un « diagnostic minutieux de la situation et qui définira les priorités de la prochaine étape ». S’adressant aux recteurs d’universités, M. Hadjar a réitéré la nécessité d’adopter la « politique de dialogue et de concertation comme outil stratégique permanent avec les étudiants, tout en veillant à la prise en charge des revendications légitimes des différentes composantes de la corporation universitaire».

Articles similaires

Commentaires

commentaires

Rechercher
Allez plus loin
Articles archivés
Catégories
Suivez-nous sur Facebook